Table ouverte aux écrivants

Mains_pano_med.jpg

Des ateliers d'humanité
Lettre de reconnaissance 

Chaque mois, autour d’un thé ou d’un café, nous nous retrouvons. Je donne les consignes, ils écrivent. Ils viennent parfois avec leurs textes ou leurs coups de cœur littéraires. Nous partageons. Ils écrivent, ils s’écoutent. Nous nous enchantons.

Chaque mois, depuis près de quatre ans, Catherine (s), Émilie, Éric, Gilles, Marie-Noëlle, Pierre, Stéfanie, Véronique, Yolande viennent avec leur enthousiasme, leur fatigue, leurs doutes et leur joie. Ils viennent tels qu’ils sont, écrivent tels qu’ils sont.
Les uns s’émerveillent des progrès des autres. Il y en a toujours un ou une pour ne pas suivre la consigne, dire avant de lire son texte C’est pas terrible. Peu importe. Nous accueillons, sans jugement, ce qui se crée dans l’instant. Les gâteaux circulent. Les écrivants s’associent, mêlent leurs textes, s’étonnent. Encouragements, envie d’aller plus loin, envie de se surprendre encore.

Ces ateliers offrent un espace pour souffler, s’autoriser une pause, s’autoriser aussi à accepter ce qui vient, se tromper, tomber, se relever ; liberté indispensable à tout progrès.

Ces ateliers du samedi sont des « ateliers d’humanité », non parce que je les anime, mais parce que les participants y déploient toutes leurs qualités : écoute, attention, empathie, dépassement de soi, persévérance, créativité. Il ne s’agit pas pour eux d’être meilleurs que l’autre, mais simplement meilleurs qu’hier et meilleurs encore demain. Chacun cherche, pas à pas, à s’améliorer soi-même, ensemble et jamais contre. 

Je voulais leur rendre hommage et les remercier de ces petits bonheurs mensuels que nous nous donnons durant ces trois heures d’ateliers. Je voulais par le biais d’Une virgule est dans le pré, leur donner la plume, oser passer du cercle intime au cercle public. 

La table est ouverte !